• Ma candidature pour chroniquer un nouveau livre dans le cadre de Masse Critique Babelio a été retenue et confinement et tête en friche aidant, je suis très en retard pour vous parler de :

     

    Masse critique Babelio : "fières d'être cheminotes" Michelle Guillot et Denise Thémines

    Résumé :

    Deux cheminotes, deux témoignages, deux tranches de vie qui retracent avec beaucoup d'humanité l'univers de la SNCF. 
    « Mai 1959 arriva, avec la confirmation de mon commissionnement, l'octroi de ma carte SNCF : enfin j'étais une cheminote à part entière, enfin j'avançais, la roue commençait à tourner. » 
    Michelle Guillot est née en 1938 à Nice où son père travaillait aux ateliers SNCF. La guerre finie, la vie reprend son cours à Saintes, rythmée par les trains qui passent, et, à 19 ans, Michelle entre à la SNCF. Elle en sortira, sans vraiment la quitter, trente-six ans plus tard. 


    « Le lundi 21 juillet 1969 à 3 h 56, le premier homme mettait un pied sur la Lune et moi, à 7 h 50, je franchissais la porte du 88, rue Saint-Lazare, à Paris, siège de la SNCF... » 
    Avec ce récit, Denise Thémines porte sur ce monde le regard étonné, curieux et amusé de la jeune embauchée parisienne qu'elle fut voici cinquante ans. 

     

    Cette couverture originale m'a donné envie. Car la lecture de ces deux récits montre qu'elles le sont fières, ces femmes, d'avoir fait mieux que survivre dans le monde essentiellement masculin de la SNCF des années 60, elles ont découvert un métier aux structures administratives complexes et avancé pas à pas dans l'échelle hiérarchique à gros efforts d'adaptation et de volonté.

    J'ai aimé suivre Michelle. Elle raconte comment toute jeune elle est entrée dans cette grande machine qu'est la SNCF et comment à l'époque il était possible d'apprendre un métier "sur le tas". Elle n'avait pas de diplômes mais la farouche volonté de réussir là où on ne l'attendait pas. Avec courage et pugnacité elle s'est adaptée à chaque poste jusqu'à encadrer des équipes avec succès et reconnaissance. Elle a mené une carrière qui ne ferait pas à l'heure actuelle un film, pas d'héroïsme, pas de tapage, mais du courage et de la ténacité qui ont permis, à l'heure de la retraite, de sentir qu'elle a fait et bien fait ce qu'il fallait, qu'elle a fait sa part. Il est amusant de sentir à travers ses lignes, écrites de façon précise et factuelle, cette odeur de bureau, de registres remplis consciencieusement à l'encre rouge, bleue, noire. C'était l'époque des stencils, des carbones, des carnets, des coursiers. J'ai compati lorsqu'elle a abordé la question des roulements du personnel... casse-tête ferroviaire par excellence et à l'époque il n'y avait pas d'informatique...

    Denise relate dans un court récit-nouvelle la petite histoire de sa vie à la SNCF, les anecdotes qui font le sel de la vie professionnelle. Autre style mais une immersion dans ce milieu masculin par excellence.

    Pas de thriller donc, pas de "page turner" mais des morceaux de vie, précieux témoignages d'une époque révolue mais qui a tout de même contribué à l'émancipation des femmes par le travail.

    Les éditions Henri Dugier ont publié dans la même collection d'autres ouvrages relatant divers métiers, cultivant ainsi la mémoire du savoir faire.

     

    Extrait : 

    "Je me suis cependant vite rendu compte que ce projet que je couvais n'avait pas l'adhésion de tous. Entre les "pro" et les autres se trouvait toute la gamme des incrédules et de ceux qui n'attendaient plus que la retraite. Alors, à chaque fois que cela était possible, je me suis attachée à simplifier les tâches, à raccourcir les circuits pour leur démontrer le bien-fondé de notre organisation plutôt que d'essayer de les convaincre. Combien de fois ai-je entendu "Oui, mais avant..." ? " pages 106-107

     

    Belle journée à tous.

     

     

     


    22 commentaires
  • Bonjour à tous,

    J'ai découvert grâce à Masse Critique un petit ouvrage charmant. Des instants de vie déclinés en très courts poèmes suggèrent, plutôt que racontent, des petits moments vécus au hasard d'un chemin, d'un nuage, d'un chant d'oiseau, d'un souvenir. A l'échelle d'une fleur, chacun serait une étamine. le livre discret attire l'oeil par une aquarelle aux couleurs très douces qui annoncent la légèreté des mots sur des sujets plus profonds et des impressions éphémères déclinées sur un très beau papier, transformant le livre en petit carnet bijou.

    Un moment paisible pour les amateurs de poésie. 

     

    Masse Critique Babelio : "Au plus près de nos pas" de Josette Ségura

     

     


    13 commentaires
  • Je vous souhaite d'avoir passé un Noël Heureux, Joyeux, en Paix.

    Si vous voulez faire une petite pause dans les festivités et vous reposer harmonieusement, si vous aimez la musique classique, je vous invite à faire ce blind test.

    Un vrai moment de plaisir.

    Allez encore un petit blind test... 

     


    27 commentaires
  • En me baladant entre deux averses, mon attention a été attirée par de jolis lichens sur du granit

    Rencontres du jour

    Ces formations pourtant courantes me séduisent toujours par leur finesse. J'aurais eu un appareil photo j'aurais adoré faire des macros.

    Mais tout de même j'ai pu admirer celui-ci, ressemblant à un mandala

    Rencontres du jour

    ... ou à une crêpe au sucre wink2

     

    Quelques pas plus loin j'ai rencontré le chouchou de tous les chouchous...

    Rencontres du jour

    Cet adorable petit champignon - cochon d'Inde.

    J'adore ces rencontres surprises. Pas vous ?


    25 commentaires
  • Lors d'un salon du livre à Paimpol, j'ai eu l'occasion de rencontrer un auteur local, Fañch Rebours, qui présentait son dernier livre :

    "Aline & moi" de Fañch Rebours

     

    Attirée par la couverture aux couleurs vives et des articles élogieux dans la presse régionale, j'ai eu plaisir découvrir ce roman amusant où le narrateur (qui n'est pas l'auteur, assure-t-il, mais dont les références peuvent parfois  laisser croire le contraire smile) nous fait vivre les états d'âme d'un écrivain de province (écrivaillon breton comme il se nomme) qui rêve et finit par faire la connaissance d'une étoile montante de la littérature, très exposée dans les médias, parisiens de surcroît.

    "-Elle va penser que je l'invite parce qu'elle est écrivaine, et que, moi, je joue à l'être un peu. Elle va penser que je veux lui refiler un manuscrit issu de mon génie incompris pour qu'elle me coopte chez son éditeur." p 28

    S'ensuivent des approches, reculades, doutes et moments burlesques, et surtout une description acidulée du face à face écrivain provincial versus édition parisienne.

    "L'intelligentsia médiatisée est parisienne par essence. Elle est photogénique, sait s'habiller. Elle ne lit pas de littérature régionale. Sans la mépriser (ça ne ferait pas gentleman), elle la considère en souriant et c'est ainsi qu'elle passe à côté d'Alain E. pour ne citer que lui" p 89

    Des moments très drôles racontent l'attirance pour ce monde brillant des écrivains reconnus (clinquant parfois ?) confinant parfois à l'idôlaterie mais ne l'épargnant pas de quelques coups de griffe ironiques.

    Et puis il y a aussi ces descriptions de la vie douce de la province et de ces paysages, qui n'empêchent pas notre écrivain de beaucoup cogiter, mais qui communiquent le bonheur de vivre dans cette belle région bretonne. Et même au fil d'une description, l'humour n'est jamais loin :

    "J'étais donc seul quand je l'ai croisée, au détour d'un chèvrefeuille grimpant sur une souche sèche, à la hauteur du bois de pin et de la villa moderne construite à fleur de falaise pour le compte d'un richard étranger (dont le bras fut assez long pour que trois arbres magnifiques lui obstruant la vue y perdent le goût de la verticalité)." p 100

    Cette comédie est un exercice qui ne ressemble pas à ses autres ouvrages, Fañch Rebours écrivant d'habitude des nouvelles "noires" CLICK et plus récemment un magnifique ouvrage "Transport(s)" qui autour de moi fait l'unanimité et qui est sur le dessus de ma pile à lire (que je m'étais jurée-à-tout-jamais-de-ne-jamais-avoir mais la retraite en a décidé autrement, les tentations étaient trop fortes). Je vous en reparlerai dès  que je l'aurai lu.

    C'était donc mon petit coup de coeur pour une comédie insolite écrite par un auteur adorable.

     

    @ tous, je suis heureuse de vos commentaires, j'ai juste oublié de vous préciser que l'humour de cette comédie est aussi composé pour beaucoup du talent de l'auteur pour l'auto-dérision qui n'est pas la moindre de ses qualités... wink2

     

     

     

     

     


    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires