• Coucou à tous,

    J'ai conclu une année compliquée par une lecture souriante.

    Le hasard fait souvent bien les choses,,, En allant voir les revues dans le coin lecture de ma médiathèque bien aimée, mes yeux se sont portés sur ce drôle de titre :

     

    L'atelier du canard...  Drôle de découverte !

    L'atelier du canard
    Antimanuel à l'usage des apprentis journalistes  (et des autres)

    Je pensais à un livre sur le "canard enchaîné" ou quelque chose de ce genre, j'ai donc poussé plus loin ma curiosité la 4ème de couverture :

    Résumé :

    Les portraits de Jeanne d'Arc, de Marie-Antoinette, de Calamity Jane, le vernissage de la grotte de Lascaux par tout le gratin du Magdalénien, le petit Chaperon rouge recherché pour complicité pour meurtre, une nécrologie de Dom Juan, un dimanche chez Dieu, une interview de Léonard de Vinci... L'atelier du canard est une bizarrerie humoristique, un ouvrage de fiction pédagogique collectif pouvant intéresser les amateurs d'écriture journalistique, et qui, par l'originalité de ses rubriques, peut également être lu comme un texte de fantaisie. Les formes journalistiques les plus fréquentes (édito, brève, billet, chronique, critique littéraire et artistique, article informatif...) y sont envisagées, et font l'objet à la fois d'une application pratique et d'une présentation formelle. On y trouvera également une rubrique consacrée à des exercices spécifiques, par exemple la synthèse de documents, la critique cinématographique en focalisation interne ou la description d'objet, exercices proposés dans certains concours d'entrée en école de journalisme.

    Un chapitre / une forme journalistique expliquée clairement et de façon synthétique.

     

     

    Une méthode intéressante et surprenante, proposée par 27 étudiants de Master 1 de Lettres Modernes Appliquées de Paris IV Sorbonne (promotion 2009-2010).

    La théorie est brièvement expliquée mais là où les choses deviennent rigolotes, c'est lors de la mise en pratique où les étudiants rivalisent d'imagination et d'humour. S'appuyant sur le principe que "toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite", jeux de mots et patronymes (à peine transformés) donnent des cocktail d'humour parfois détonnant.

    Mes préférées... les brèves ! J'ai toujours eu une affection particulière pour ces petits morceaux d'information qui passent à l'essentiel et peuvent vite ressembler à un pavé dans la mare ou un grand éclat de rire.

    Allez juste une petite :

     

    "Vernissage à la grotte de Lascaux. C'est un grognement unanime qui, hier, a salué le dévoilement des nouvelles créations de Magdalénien, l'artiste phare, à tout le gratin du Néanderthal. Au lieu des licornes et des aurochs l'inspiration tout abstraite des systèmes de points sublimés par le chromatisme des oxydes de fer et de manganèse. Un vrai coup de massue dans l'art contemporain." ML

     

    Je ne sais pas pour vous, mais moi j'ai éclaté de rire.

    Le journalisme est une profession qui semble pour nos générations noyées sous les médias, complètement évidente tellement nous avons été nourris aux journaux radiophoniques et télévisuels et par la presse écrite, mais j'avoue ne jamais m'être penchée sur la base même du métier. Et cette petite exploration saupoudrée d'humour m'a bien plu.

     

    Pure coïncidence, Brigitte alias ECUREUIL BLEU, me disait ce matin qu'elle a reçu un courrier de Christian Seguin, vous vous rappelez, ce journaliste de Sud-Ouest, ancien grand reporter, que nous avions rencontré lors de la promotion du livre "Mariage" édité au profit de l'Association "Rêve".

    Eh bien ce journaliste n'exerce plus à Sud Ouest, j'ignore pourquoi. Ce qui est triste c'est que nous ne pourrons plus  lire les jolis portraits de ses rencontres tellement humaines des "petites routes du bonheur". Je ne lis que rarement le journal Sud Ouest mais cette rubrique était une petite bulle d'oxygène dans l'actualité toujours plus ou moins anxiogène et pesante. Ses articles représentaient la preuve vivante que tout espoir est permis tant que des personnes au grand coeur sauront nous émerveiller par leur art, leur ingéniosité, leur savoir faire, leur générosité... et rencontreront des belles plumes pour les raconter. Pour l'avoir rencontré une fois pour le "Mariage", j'ai trouvé Christian Seguin sympathique et vraiment ouvert et curieux de l'autre. 

    J'ai retrouvé quelques articles sur le net :

    CLICK

    CLICK

    et RECLICK

    J'espère qu'il fera vite le deuil du quotidien SO et continuera à écrire de belles lignes sur l'incroyable richesse de la vie des hommes.

    Belle année à tous !

     

     

     

     


    34 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires