• MILETUNE N° 38

    Allez un petit jeu d'écriture pour se maintenir en forme.

     MILETUNE   nous propose cette semaine :

    MILETUNE N° 38

    et le mot imposé est "CARAFE" 

    INVENTION

    Alceste est au chômage. Il avait de l'avenir pourtant depuis son idée lumineuse.

    Après des années d'études scientifiques, devenu expert en nanotechnologie, le jeune homme rêveur et ambitieux avait franchi avec courage et pugnacité les arcanes du marché de l'invention, des appels d'offres, des marchés publics, des industries chimiques et pétrochimiques et pour finir avait obtenu le sésame pour exploiter sa géniale invention, des nanoparticules insérées dans la peinture industrielle permettant d'inscrire à la demande des messages personnalisés sur un support choisi.

    C'est ainsi que petit à petit les piétons virent s'inscrire sur devantures des magasins les prix, les promotions pour des produits qu'ils n'auraient jamais pensé consommer auparavant. Les écoles publiques et privées s'ornèrent de dessins d'enfants, de poèmes ou de la charte du vivre ensemble. Les messages attractifs se multipliaient à l'envi et les sociétés rivalisaient d'imagination pour attirer l'attention de la foule, en douceur,  les amenant à consommer plus, à consommer mieux, à donner l'envie de faire, de dire, d'avoir...

    Le mouvement prenait une telle ampleur que les particuliers étaient de plus en plus demandeurs et voulaient à leur tour avoir accès à un tel média. Des mamans imaginaient acquérir cette peinture pour la chambre de ses enfants, pensant aux phrases qu'elles pourraient inscrire en lettres courbes "Range ta chambre ! " et en filigrane "Je t'aime". Chaque citoyen avait bien deux ou trois idées derrière la tête pour faire un bon usage de cette peinture révolutionnaire.

    Alceste se remit donc au travail pour que cette invention qui l'avait déjà bien enrichi puisse faire le bonheur de tous et devienne abordable pour chacun. Il travailla donc plusieurs mois d'affilée pour rendre ses fameuses nanoparticules intuitives, rendant inutile la commande du slogan qui désormais se générait sur une simple pensée...

    Tout semblait se dérouler au mieux et la dernière étape avant l'adoption définitive du nouveau projet consistait en une cérémonie officielle, rassemblant toutes les huiles du département, de la région et un ou deux ministres. Une camionnette polie et lustrée offrait un panneau brillant, prêt à accueillir un slogan inédit sous les yeux ébahis de l'assistance. L'attention était à son comble et Alceste devait juste évoquer en pensée un slogan flatteur et édifiant, pour savourer ensuite un succès bien mérité.

    Malheureusement... malheureusement... s'inscrivit doucement en longues lettres élégantes... "Madame... le... Maire... a du persil entre les dents". C'était parti tout seul ! impossible à rattraper ! quelques cris outragés, un ou deux gloussements et des éclats de rire éclatèrent à faire trembler les murs de la mairie.

    Adieu veaux, vaches, cochons, couvées. Alceste est resté en carafe et son projet si ambitieux a capoté en deux secondes.

    Aujourd'hui, Alceste cherche du travail... si possible très loin du domaine de la communication.


  • Commentaires

    18
    Samedi 19 Septembre 2015 à 23:27

    C'était pourtant bien trouvé, la "télé-empathie" ! Mais toute création a ses revers... Pauvre Alceste !

    17
    Samedi 19 Septembre 2015 à 07:19

    bon samedi..au soleil j'espère !!!!!!!!!!!

    16
    Jeudi 17 Septembre 2015 à 15:48

    C'est toi qui as de l'invention, chère Cathycat, et de première classe! Tu as déposé ta carafe au bon moment, à la fin du récit et il y a une petite philosophie dans cette fable: les métiers de la "communication", si prisés rassemblent le meilleur et le pire..plus souvent le pire, d'ailleurs. Nous sommes déjà envahis de slogans destinés à faire consommer, encore et encore; puissent donc les nanoparticules ne jamais voir le jour, même si j'applaudis ton génie inventif!.  J'espère que tu ne m'en veux pas?... :)

    Bisous,

    Lorraine

    15
    Jeudi 17 Septembre 2015 à 15:26

    c'est délicieux ....

    son invention n'était pas pour eux ...

    bises et merci pour tes visites 

    14
    Mardi 15 Septembre 2015 à 16:09

    il faut faire attention à ce qu'on dit ou écrit ça peut nous retomber dessus

    13
    Mardi 15 Septembre 2015 à 13:00

    Le pauvre... Tout aurait pu bien terminer, mais le dicton a raison, "le mieux est l'ennemi du bien".


    Bisous et douce journée.

    12
    Mardi 15 Septembre 2015 à 10:20

    Bonjour Cathy. Ton texte est prenant et je regrette qu'Alceste n'ait pas pansé à autre chose. Son invention m'auraité eté utile quand mon fils aîné (6 ou 7 ans à l'époque) avait écrit au feutre sur la tapisserie de sa chambre "Joyeux Noël". Bravo et bisous

    11
    Mardi 15 Septembre 2015 à 07:37

    gris de gris ce matin mais bon....tout est arrosé.............

    10
    Lundi 14 Septembre 2015 à 12:12

    trop bien la voiture de la poste ...il y en a une dans la ville pas loin...n'avais pas mon appareil photo............

    te l'emprunte si tu veux bien...

     

    9
    Lundi 14 Septembre 2015 à 11:09

    Rhooo la gaffe, hi hi, pauvre Alceste ! bon, c'est qu'il n'était pas fait pour ce métier alors zouuu, plus qu'à trouver le bon !

    Sacrée histoire en tous cas.

    Bon début de semaine Cathy et gros bisous

    Annick

    8
    Lundi 14 Septembre 2015 à 08:39

    AUTANT le mot est léger pour celui qui le  jette autant il peut être lourd pour celui qui le reçoit ,  hihihihi

    bien bonne semaine ma belle  big bises 

    7
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 23:28

    L'expression je pèse mes mots est de circonstance ici.

    6
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 21:32
    marieluce

    Toute vérité n'est pas bonne à dire ... (et surtout pas sur internet !)

    5
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 18:35

    Pauvre Alceste !

    toutes nos histoires ne terminent pas toujours par un heureux happy end mais il a de la ressource et il va bien rebondir et il pensera alors que cet échec a été une chance

    4
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 18:01

    Mail et SMS qui se trompent d'adresse, erreur de smiley (voir la mésaventure de Jean-Pierre Pernaut pour Claire Chazal), tweets malencontreux... la communication moderne exige une rigueur que la lettre d'amour calligraphiée à la plume ne connaissait pas. A manier avec un max de précautions : le pauvre Alceste l'aura appris à ses dépens ;-( (Non, ce n'est pas une erreur de smiley ;-))

    3
    mireille du sablon
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 15:19

    Quel dommage! pas moyen de rattraper le coup?

    Bises de Mireille du sablon

    2
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 14:52

    Dès que j'ai vu les huiles rentrer en scène, j'ai pensé que c't'affaire-là allait déraper!

    Madame le maire manque singulièrement d'humour, finalement c'est une chance pour Alceste de s'éloigner de

    ces... corps graswink2

    1
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 14:06
    LADY MARIANNE

    un mot de trop et tout tombe à l'eau !!
    pauvre Alceste , il pourrait surveiller la cour de récré ?
    bravo et bon dimanche- bisous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :