• Dernière étape de notre balade avec Ecureuil Bleu... CASTETS EN DORTHE ! 

    Balade buissonnière (suite et fin)

     

    Pour ma part dès l'arrivée j'ai eu un coup de coeur pour ce magnifique pont de type Eiffel.

    Balade buissonnière (suite et fin)

     

    Castets sur Dorthe est  un village qui surplombe une Garonne large et vigoureuse, teintée par le limon. Nous l'avons longtemps contemplée

    Balade buissonnière (suite et fin)

    Balade buissonnière (suite et fin) 

    Belle Garonne
    Couleur de lionne
    fougueuse et rugissante

    Balade buissonnière (suite et fin)

    Nous avons suivi des yeux ce petit bateau jusqu'à son entrée dans l'écluse

    Balade buissonnière (suite et fin)

    Après avoir affronté le courant assez fort, le voici arrivé à bon port pour emprunter le canal de Garonne qui prend naissance ici même...

    Balade buissonnière (suite et fin)

    Quelques formalités administratives plus tard,  il va voguer sur le canal de Garonne vers le canal du midi et aller qui sait jusqu'à Sète...

     

    Sans omettre d'observer la maison mise à disposition de l'éclusier, avec tous ses étages et on comprend pourquoi en voyant l'échelle des crues qui monte jusqu'au premier étage, quand même...

    Balade buissonnière (suite et fin)

    Nous avons poursuivi notre visite jusqu'à l'église, par chance ouverte

    Balade buissonnière (suite et fin) 

    L'intérieur est joli et je vous conseille de poursuivre la visite chez Brigitte en cliquant   et où elle raconte une rencontre insolite. Elle a pris de jolies photos des vitraux et des murs peints.

    Balade buissonnière (suite et fin)

    L'heure tournant, il fallait bien rentrer au bercail, sans avoir le temps d'aller voir le château de plus près.

    Mais en tout cas,  cette journée nous a bien décidées à renouveler très bientôt l'expérience d'une prochaine balade à la ville ou à la campagne.

     

    Balade buissonnière (suite et fin)

     


    17 commentaires
  • Le soleil est de retour, les températures printanière. Aussi jeudi avons-nous décidé avec Brigitte, alias ECUREUIL BLEU de prendre la clé des champs et hop ! direction la campagne  de l'Entre-Deux-Mers pour faire l'école buissonnière.

    Première étape l'abbaye de la Sauve-Majeure

     

     

    Une magnifique abbaye romane, fondée en 1079 par un moine bénédictin futur Saint Gérard de Corbie, malheureusement en ruine depuis la révolution, mais d'une telle richesse architecturale qu'elle est classée au patrimoine mondial par l'UNESCO. C'est également une étape célèbre du pèlerinage de Compostelle.

    Dire qu'elle a été exploitée après la révolution comme carrière de pierre. Quand on voit la beauté des vestiges, cela fait frémir.

    Nous avons immédiatement aimé cet endroit.

     

     

    Première vision de la visite, comme une promesse. C'est un peu comme ça que je m'imagine la version poétique de l'au-delà...

     

     

    Du coup nous étions bien partie pour commencer le circuit par la fin... mais même pas grave...

     

     

    Nous avons chacune eu nos petits coups de coeur. Brigitte s'est concentrée sur les chapiteaux très travaillés. J'ai aimé particulièrement ces vestiges de la salle capitulaire. Il ne reste presque rien du cloître mais j'aime imaginer la vie des moines dans ces lieux calmes, sobres et magnifiques. Un musée lapidaire permet d'admirer des vestiges des sols avec ces couleurs si particulières qui nous embarquent dans le passé.

     

     

    Et partout des détails qui interpellent...

    Porte pour fantôme ? Où donc menait-elle ?

    Symbole ou rôle utilitaire ? 

    Gravée dans la pierre dans l'escalier presque en haut de la tour, pourquoi là ? par qui ?

     

     

    Et un arbre aux proportions étonnantes...

    et porteur de légende...

     

    Avant d'aller nous restaurer dans une auberge, nous sommes allées voir de plus près un lieu insolite qui nous avait interpellées à notre arrivée dans le village... 

     

     

     

    Avez-vous vu de quoi il s'agit ???

     

     

    Une prison communale !

     

    Après une recherche sur le net, il s'avère qu'elle est la plus petite de France, qu'elle ne se visite pas (dommage...) , qu'elle n'est composée que de deux cellules... et qu'elle n'aurait jamais servi !!! 

    En tout cas elle est bien mignonne... et pour le coup tout à fait inoffensive smile

     

    Nous avons poursuivi notre route vers Saint Macaire... Mais ce sera pour le prochain article...

     

     

     

     

     


    21 commentaires
  • Samedi, veille du printemps... c'était déjà l'été !

    Un ciel bleu, une mer bleue, le bonheur...

    Les petites pousses apparaissent

    et se mêlent à leur aînées

    Les oiseaux se mettent en  tenue de plage

    Et H'Elwood s'amuse comme un fou

    cache-cache... et baignade

    Un peu salissant mais tellement drôle...

    Allez ! Salut !


    25 commentaires
  • Une petite promenade dans les bois, quoi de plus agréable surtout avec un gros Ouaf qui peut courir tout son saoûl...

     

    Principe de précaution

     

    Mais pourquoi l'homme se sent-il toujours obligé de mettre son grain de sel partout où il passe ?

    Voici ce que nous avons découvert il y a quelques jours sur toute la longueur d'une allée dans le petit bois du centre ville...

     

    Principe de précaution

    KAZAKO ?

    Principe de précaution

    Symphonie en orange ?

    Principe de précaution

    Même en y mettant beaucoup de poésie...

    Principe de précaution

    Force est de constater que nous sommes face à un énième principe de précaution !!!

    Principe de précaution

     

    Que celui qui n'a jamais hurlé un nom d'oiseau en se tordant la cheville me jette la première pierre, mais quand même, à ce stade on croit rêver.

    Peut-être faudrait-il préciser à certains promeneurs que nous avons à Mérignac un magnifique stade où il est possible de marcher des kilomètres avec une parfaite régularité et sans risque de faux pas...

    Ma moitié m'a tout de même fait rire en m'annonçant que la prochaine mesure serait de mettre des couche-culottes aux canards 

    Principe de précaution

    Ou un casque pour marcher sous les pins...

     

    Principe de précaution

     

    Rien ne sert d'épiloguer... il faut sourire à point !... :-)

     

     

     


    21 commentaires
  • J'habite Mérignac. Cette ville, voisine de Bordeaux, ne cesse de se développer, les projets immobiliers se multiplient. C'est le progrès ...

    De nombreuses prairies ou terrains nus avoisinent des pavillons ou des immeubles et rappellent son passé rural. Malheureusement, la convoitise immobilière grignote petit à petit ces îlots de verdure.

    Mérignac ville verte ?... c'est vrai car elle possède de beaux parcs. Mais ce qui pourrait faire de jolies pâtures, ou des jardins aménagés qui humaniseraient encore plus cette ville aux multiples visages et préserveraient son esprit " bol d'air"...  est en passe de devenir immeubles.

     

    Un beau lavoir

    Exemple des jolis terrains que l'on peut rencontrer en centre ville. Sur celui-ci se trouvait la plus vieille école du quartier qui a été démolie il  y a de nombreuses années et qui est en passe de devenir... l'emplacement d'un immeuble... Heureusement les grands arbres qui sont classés "arbres remarquables" devraient être sauvés...

     

     

    Tristesse...

    Les nouveaux habitants du quartier ignorent la plupart du temps quels trésors ont déjà disparu et ne soupçonnent pas qu'il reste des vestiges très vivants de la vie d'antan.

    Le quartier de la Glacière comptait de nombreux lavoirs et j'ai eu la chance ce matin d'aller en visiter un, dans une propriété privée, magnifique lieu de mémoire qui a été classé "monument remarquable" ce qui l'a sans doute sauvé d'une destruction certaine dans plan local d'urbanisme.

    Un beau lavoir

     

    Michèle R., petite fille de l'actuelle propriétaire, a accepté de nous montrer cet écrin de fraîcheur où son arrière grand-mère lavait le linge de la bourgeoisie bordelaise. La charpente a souffert du poids des années et a grand besoin d'être restaurée mais le bassin est impeccable, alimenté par sept sources qui donnent une eau pure, translucide... et très fraîche.

    Le métier de lavandière était très répandu à la fin du XIXè et début du XXème siècle. Vous remarquerez dans la deuxième cuve cette sorte de fût en ciment dans lequel se glissait la lavandière pour laver et taper le linge sur une planche immergée. La cuve se situant plus en amont servait pour le rinçage.

     

    Un beau lavoir

    A côté du lavoir était entretenu un feu où l'on faisait bouillir le linge dans les lessiveuses. Pas d'essorage à l'époque, les draps étaient étirés et séchés dans les prairies alentours.

    Un beau lavoir

    J'ai lu que le repassage était confié à des repasseuses, à chaque tâche son petit métier.

    Et d'où venait tout ce linge ? de la bourgeoisie bordelaise disent les livres. Michèle R. raconte que son arrière grand père possédait un cheval et une carriole.

    Un beau lavoir

     

    Voici la porte des appartements de Monsieur le cheval ;-)

     

    Son arrière grand-père, donc, allait chercher le vin dans le Médoc et l'apportait dans les caves des allées de Tourny, près des quais de Bordeaux, pour le faire vieillir. Il chargeait alors le linge des hôtels et le rapportait à Mérignac où son épouse le lavait et le séchait, comme beaucoup d'autres lavandières dois-je préciser, c'était à l'époque un métier très répandu dans la région.

    Pour la petite histoire, Michèle nous a raconté que la cuve était régulièrement vidangée et nettoyée. Elle se rappelle elle-même avoir participé au récurage lorsqu'elle était enfant. Il suffisait d'ouvrir la trappe de vidange, l'eau se déversait dans un ruisseau dont on suit encore le tracé et il fallait frotter.  Lors de ce nettoyage, il n'était pas rare de retrouver des  pièces de monnaie sans doute tombées des vêtements trempés et nettoyés, petit écot involontaire de la bourgeoisie bordelaise, qui se transforme aujourd'hui en anecdote savoureuse.

    L'activité des lavoirs a peu à peu cessé dans les années 50 lorsque la grande blanchisserie s'est ouverte, puis avec l'avènement de la machine à laver.

    Cette visite avait pour but d'alimenter un petit article que je dois écrire pour le journal de notre association mais le moment était trop agréable pour ne pas le partager. Je remercie Michèle et Jacqueline pour m'avoir permis de pénétrer dans ce lieu qui sent bon le passé...

    Un beau lavoir


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique